Flash special

La Cour Suprême statue ce mercredi sur l'excès de pouvoir de la HAC contre Espace FM
mercredi 8 novembre 2017
A la suite de la décision N°010/SP/HAC du 02 novembre 2017 de la Haute Autorité de la Communication (HAC) qui a ordonné la suspension de la radio Espace FM et l’ensemble de ses stations relais sur le territoire national pour une durée de 7 jours, allant du 3 au 9 novembre 2017 inclus, la... Read More...

Cellou, Sidya et Kouyaté à Paris : L’avenir de l’opposition guinéenne se jouera-t-il dans la capitale française ?

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 
Share

Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition guinéenne doit se rendre ce mardi à Paris. Il y retrouvera Lansana Kouyaté, président du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN) et Sidya Touré, président du parti Union des Forces Républicaines.  Cette rencontre entre les trois principaux leaders de l’opposition guinéenne devrait aboutir à un consensus autour de la stratégie à adopter face au pouvoir d’Alpha Condé.

 

La rencontre entre Sidya, Cellou et Kouyaté intervient dans un contexte très particulier pour l’opposition guinéenne. Elle est en ordre de bataille pour faire changer le chronogramme des élections concocté par la CENI. Celle-ci, vous le savez, a programmé la présidentielle au 11 octobre 2015 et les communales au premier trimestre 2016. Une conférence de presse de l’opposition, pour annoncer la démarche à suivre, a été reportée sine die mardi dernier.

L’autre particularité de cette rencontre, c’est qu’elle tombe à un moment où cette opposition est divisée quant au choix d’un candidat unique pour affronter Alpha Condé en 2015. La candidature unique de l’opposition est farouchement soutenue par Sidya Touré. Pour lui, pour changer le système en place, il faut une candidature unique. L’ancien Premier Ministre souhaiterait, comme on avait essayé Cellou Dalein en 2010, qu’on l’essai en  2015. Seulement voilà !

Cellou Dalein Diallo, chef de fil de l’opposition, a clamé haut et fort que si candidat unique doit y avoir, ça sera lui. Il a comme argument d’avoir le plus grand nombre de député au Parlement.

Quant à l’autre ancien Premier Ministre, Lansana Kouyaté, après avoir refusé de siéger au Parlement à cause des irrégularités, il garde en tête le refus des autres de le suivre.  En son temps, il avait retiré ses ministres du gouvernement pour que des élections législatives libres et transparentes soient organisées. Kouyaté sait qu’il a une carte entre ses mains : une partie de l’électorat de la Haute Guinée. Cellou et Sidya devraient compter avec lui pour avoir un peu de voix dans le fief électoral d’Alpha Condé.

Ainsi, à Paris, il sera question d’abord de la suite à  donner au chronogramme électoral. L’idée de boycotter le Parlement (qui sera à sa première session des lois en avril) divise les opposants. Idem en ce qui concerne le retrait des délégués de l’opposition de la CENI. Il y a également que certains doutent beaucoup de l’importance de l’initiative qui consisterait à faire un sit-in devant les délégations spéciales de Conakry et de l’intérieur du pays.

La seule alternative qui reste est l’organisation des manifestations de rue. Mais à ce niveau, des militants de l’UFDG, qui grossissent souvent les marches de l’opposition, se disent fatigués. Ils rappellent qu’il y a eu plus de 56 jeunes tués lors des précédentes manifs, sans aucune autre forme de procès ou de dédommagement.

Le conclave de Paris entre Cellou, Sidya et Kouyaté déterminera ainsi l’avenir de l’opposition dite républicaine guinéenne. Il permettra de jauger si ces trois anciens premiers ministres de feu le Général Lansana Conté sont capables de mettre leurs égos de côté afin d’adopter des stratégies permettant à la Guinée de sortir de l’impasse politique.

Share