Flash special

IMAGE Intégration: la Tunisie accélère son adhésion à la CEDEAO !
mardi 21 novembre 2017
(Agence Ecofin) - En visite à Tunis, ce lundi, le président de la commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Marcel de Souza, et les autorités tunisiennes ont signé un mémorandum d’entente visant la mise en place d’une feuille de route, pour la... Read More...

Baïdy Aribot : « il y a ni éthique ni morale dans l’affectation du budget du chef de fil de l’Opposition »

Share

Baidy Aribot, Secrétaire Exécutif du parti Union des Forces Républicaines (UFR) a déclaré ce mercredi qu’il y a eu ni éthique ni morale dans l’affectation du budget du chef de fil de l’Opposition par le gouvernement guinéen. Selon lui, le gouvernement devrait saisir le bureau de l’Assemblée Nationale pour l’information de sa décision et qu’il revenait au Parlement de mettre tout ça en forme à travers une résolution.

 

« Mais tout s’est passé dans une opacité totale entre le chef de fil de l’Opposition qui a été demandeur et le gouvernement qu’il critique… » a flétri le député uninominal du Kaloum, sur la radio         Lynx, dans l’émission Œil de  Lynx.

Pour Baïdy Aribot, il y a eu une certaine naïveté dans la gestion de cette affaire par Cellou Dalein Diallo. Il dit ne pas comprendre qu’il tombe dans ce jeu alors qu’il avait tous les moyens, une fois saisi, de tenir informer l’Assemblée ou ses pairs de l’Opposition Républicaine.

Pour le Secrétaire Exécutif de l’UFR, Cellou aurait même du demander que l’Etat accorda la priorité à l’indemnisation des victimes des manifestations politiques. Surtout que cette question de les indemniser est sur toutes les lèvres depuis des lustres. Il persiste et signe qu’il n’est pas du tout contraire l’attribution des fonds au chef de fil de l’Opposition, mais il souhaiterait que ça se fasse dans les règles de l’art.

C’est pourquoi le Groupe Parlementaire Alliance Républicaine a demandé la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour éclairer la lanterne des députés. Ceux-ci auraient dû, clame Baïdy Aribot, être informés puisqu’ils n’avaient pas voté ce budget lors de la dernière session budgétaire.

Share