Flash special

La Cour Suprême statue ce mercredi sur l'excès de pouvoir de la HAC contre Espace FM
mercredi 8 novembre 2017
A la suite de la décision N°010/SP/HAC du 02 novembre 2017 de la Haute Autorité de la Communication (HAC) qui a ordonné la suspension de la radio Espace FM et l’ensemble de ses stations relais sur le territoire national pour une durée de 7 jours, allant du 3 au 9 novembre 2017 inclus, la... Read More...

Mouctar Diallo, Coordinateur du Projeg, Chevalier de l’Ordre National du Mérite de la France !

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 
Share

CONAKRY,03 JUIN 2014-La sixième Assemblée Générale du Programme Concerté de Renforcement des Capacités des Organisations de la Société Civile et de la Jeunesse Guinéennes (PROJEG) s’est achevée le 01 juin dernier à l’Eni de Kindia. La cérémonie de clôture de la sixième AG du Projeg a été présidée par Diaby Gassama Khalifa, ministre des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques. Le clou de la rencontre a été l’élection de nouveaux membres du Comité de Pilotage (COPIL) et surtout l’annonce de la nomination de Mouctar Diallo, Coordinateur National du Projeg, au grade de Chevalier de l’Ordre National du Mérite de la France.

 

Convoquée par le COPIl du PROJEG, à l’ENI de Kindia du  30 mai au 1er juin 2014, l’AG a regroupé 160 participants. Pendant trois jours, les membres du Projeg ont fait le bilan du Programme et essayé de se projeter pour 2014. Une partie du COPIL a été renouvelée.  

La journée du 01 juin a commencé par l’élection des nouveaux membres du Comité de Pilotage. Il y avait 147 électeurs,140 votants et 6 bulletins nuls. Ont été élus nouveaux membres Boubacar Koubia Diallo (BCDORA), Moussa Koulibaly (Adramgui), Emédine Touré (France) et Asmaou Diallo (AVIPA). Ils ont lu la Charte du Projeg et juré d’œuvrer pour son bon fonctionnement.

Suivra le mot des participants étrangers. Le représentant de la Mauritanie a lancé un appel à la solidarité entre les OSC du Nord et du Sud.  Il a émis le souhait de voir la naissance du programme pluri-acteurs dans son pays. Après quoi, les recommandations de l’AG ont été validées par les membres.

Les participants se ont félicité  de l’intérêt des pouvoirs publics français et guinéen au Projeg, remercié Aide et Action et se sont dit honorés de la présence des représentants du Maroc, du Congo-Brazzaville, et de la Mauritanie. Ils souhaitent le parachèvement de la mise en place des institutions constitutionnelles en Guinée, recommande au Projeg d’accompagner les OSC pour la tenue des états généraux de la société civile guinéenne, de pousser la réflexion pour une pérennisation des collèges régionaux, d’élaborer une charte pour la participation de la société civile aux élections locales et de faire en sorte qu’il y ai une synergie d’actions entre la diaspora guinéenne.

 La cérémonie de clôture a été ponctuée de trois discours.  Charles Emmanuel Ballanger, Directeur d’Aide et Action France et Europe a rappelé que durant ces trois jours, le comptes de l’exercice 2013 et l’ensemble des activités menées par le Projeg ont été présentés. Selon lui, le Projeg œuvre pour une société civile forte pour la construction de la démocratie et de la paix.  

Pour sa part, Philippe Lecluse,  de l’Ambassade de France en Guinée, a dit que  les travaux de la sixième AG du Projeg se sont déroulés dans la transparence. Il a noté que la présence du ministre de la Jeunesse et des Droits de l’Homme montre la volonté du gouvernement de s’associer au Projeg. « L’action du PROJEG s’est traduite sur le terrain par de nombreuses activités. En matière de Droits de l’Homme, le projeg est très actif dans la lutte contre l’impunité et à l’appui des ONG dans l’accès aux documents juridiques », a-t-il souligné. Et puis, il annoncé la bonne nouvelle : la nomination de Mouctar Diallo au Grade de Chevalier National du Mérite de la République Française. Une reconnaissance de son engagement au service de la société civile guinéenne et du travail exemplaire qu’il a fait.

Enfi,Khalifa Gassama Diaby  a clos les travaux. Dans son speech, il a rappelé que cette AG se tient dans un contexte national qui justifie et légitime l’impérieuse nécessité pour les Guinéens de se parler. Il a ajouté que la Guinée s’est engagée à renforcer l’Etat de droit, à travers la création de son département. Mais, insiste Diaby Gassama, la seule existence de ce département ne suffit pas à garantir la légitimité des pratiques démocratiques.

 

Share