Flash special

IMAGE Malversation à l'OGP: Voici le scandale qui a emporté Paul Moussa Diawara !
mardi 12 juin 2018
Un rapport d’audit d’abord de l’inspection générale d’Etat (IGE) a décelé des manquements dans la gestion du désormais ancien directeur de l’Office guinéen de Publicité, Paul Moussa Diawara. Ensuite c’est un cabinet d’expertise comptable qui en vient à presque la même... Read More...

N'Zérékoré: Le Premier ministre promet l'application de la loi contre les auteurs des violences interethniques

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 
Share

CONAKRY (Xinhua) - Le Premier ministre guinéen Mohamed Saïd Fofana a bouclé sa visite dans la province sud du pays vendredi par un meeting au cours duquel il a promis l'application de la loi dans toute sa rigueur contre les auteurs des violences enregistrées il y a une dizaine de jours dans cette région, a-t-on appris de sources concordantes.

Dans son intervention, Mohamed Saïd Fofana s'est interrogé sur les raisons qui ont poussé les populations autochtones et allogènes à en venir à l'affrontement.

Le ministre guinéen de la Justice Maître Christian Sow qui était à ses côtés a fait savoir que la machine judiciaire était désormais en marche pour faire la lumière sur ces violences meurtrières qui ont endeuillé la région.

La présence du ministre de la Justice dans la délégation gouvernementale constitue une sorte de signal envoyé aux citoyens de la Guinée forestière par rapport à "la détermination" du gouvernement guinéen à tout mettre en oeuvre pour faire la lumière sur ces violences interethniques survenues à la mi-juillet, avec un bilan officiel faisant cas d'une centaine de morts.

La délégation du Premier ministre a sillonné la ville de N'Zérékoré ainsi que les localités de Beyla et Koulé, qui ont toutes été le théâtre des violences intercommunautaires.

En Guinée forestière, M. Fofana a expliqué aux populations que son gouvernement était prêt à sécuriser la région et à punir les auteurs des violences, quelquel soit l'endroit où ils pourraient se trouver.

Le gouvernement guinéen compte dorénavant prendre à bras le corps le sort de cette région, où se côtoient d'anciens éléments issus des milices combattantes du Liberia, du temps de l'ancien président Charles Taylor, ainsi que de certaines recrues de la junte militaire du temps de Dadis Camara, qui ont été finalement extirpées des rangs par le gouvernement de Transition de 2010.

 

Share