https://www.facebook.com/Bocej.gn/

Flash special

IMAGE Le Ministre Mouctar Diallo parmi les 100 meilleurs acteurs en 2019.
mercredi 6 novembre 2019
Il y a des hommes et des femmes qui travaillent d’arrache-pied pour faire avancer leur pays sans faire pour autant de bruit. C’est justement pour reconnaitre et magnifier les efforts de ces personnes que le Consortium des Organisations non-gouvernementales pour la Promotion de l’Excellence en... Read More...

Pr.Lansiné Kaba : "Quels crimes ces citoyens ont-ils commis ?"

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Share

Ces derniers jours, ici à Doha au Qatar, de nombreuses chaînes de télévision ont montré des scènes terribles et horribles de la réaction des forces de l’ordre de Conakry contre des populations que les autorités présument être des adversaires du régime du Président Alpha Condé. 

 

Quels crimes ces citoyens ont-ils commis? Rien, sauf leurs droits légitimes de citoyens de dénoncer les agissements perfides du chef de l’État et de son gouvernement , et en l’occurence leur projet scélérat de changer la Constitution et de briguer un troisième mandat, en flagrant délit contre les serments solennels de 2010 et de 2015 de respecter la loi. (prévoyants et même sages ont été, il faut le reconnaître, les politiques et juristes qui avaient formulé les articles limitant le mandat du président). Les protestations n’avaient donc pas le caractère « tribal », que des journalistes, en hâte de commentaires sensationnels ont déclaré avec l’image rapide de Cellou Dalein Diallo, opposant bien célèbre depuis longtemps. Ne nous trompons pas, cependant: la question est d’ordre politique plutôt qu’ethnique.

 

Le Président et son gouvernement, d’un commun accord, ont autorisé l’arrestation de certains chefs de l’opposition, y compris Abdourhamane Sanoh, ancien ministre, et célèbre dans bien des quartiers de Conakry. Sanoh est connu pour son sérieux, son calme, son ouverture d’esprit, sa probité et sa dévotion à l’esprit d’unité nationale. Il fait partie des principaux animateurs du Front national pour la défense de la constitution (FNDC).

 

Le FNDC représente un cercle de plus en plus vaste. Les membres et sympathisants sont tous de jeunes Guinéennes et Guinéens de toutes origines, de toutes conditions, de toutes régions, de toutes religions et de toutes ethnies; ils sont déterminés à renforcer les idéaux de décence qui font beaucoup défaut dans la gestion politique, administrative et économique du pays. Dans une nation qui connaît, depuis quelques décennies, l’ethnicisme à outrance à divers niveaux de la vie politique, ce mouvement fait honneur. Car, il encourage les nationaux à transcender les divisions anachroniques, et donc fausses. Ceux et celles qui animent le  FNDC aspirent à jouer les rôles de patriotes dans la tradition honorifique que nous considérons caractéristique du bel esprit de guinéenité.

 

Sur quoi se fonde ce sentiment de guinéenité? C’est un esprit, ou une conscience de grandeur, voire  d’ honneur; il repose sur la volonté d’agir en unisson avec les autres sans esprit clanique, et de prendre position contre tout projet de loi mal conçu et contraire à l’honneur de la nation. La guinéenité est indispensable à l’esprit d’appartenance au territoire et à la culture de Guinée. On peut bien se demander si tous les responsables guinéens d’antan et présents possédaient ou possèdent cet esprit.

 

Il est utile de rappeler qu’un tel esprit se manifesta maintes fois dans l’histoire de la Guinée, déjà avant la colonisation même du pays. Il se manifesta déjà à Porédaka, quand les soldats de l’Almamy Samory Touré et ceux de L’Almaami Bokar Biro Barry luttèrent ensemble contre  contre les forces d’invasion coloniale. Cet esprit se révéla encore, d’une autre manière, en 1945-46, quand la liste de Yacine Baldé-Diallo l’emporta sur les autres candidats dans leurs propres terroirs. Il se montra aussi de 1954 à 1957, quand Diawadou Barry et Framoï Bérété vainquirent  Sékou Touré et Saifoulaye Diallo. Finalement, nous affirmons que ce grand esprit triompha au référendum de 1958, quand d’un commun accord, toutes les populations votèrent NON.  Le même esprit anime aujourd’hui ceux qui protestent avec courage contre les projets de réforme constitutionnelle et de troisième mandat.

 

Le Président Alfa Condé dont la popularité partit de sa lutte vigoureuse contre l’autocratie et la mauvaise gouvernance, devait, en principe, résister à la tentation de se pérenniser au pouvoir. Son élection  aux scrutins de 2010 et de 2015 donna beaucoup d’espoir. Les Guinéens de toutes parts s’attendaient à des lendemains meilleurs avec une administration fiable et efficace. Mais à présent, le Président, son parti et ses conseillers connus ou inconnus veulent engager le pays sur une voie tortueuse, embourbée de mensonges et de fausses promesses, et par conséquent contraire au bon sens politique. Cette voie conduira à la catastrophe. Les populations s’attendaient à une meilleure politique, une éclairée et digne d’un universitaire.

 

C’est pourquoi nous faisons appel à  la conscience lucide des Guinéennes et des Guinéens. Ils ont déjà maintes fois montré leur maturité politique. Ils sauront donc éviter les mensonges des gens à la solde du Pouvoir, ainsi que les propagandes des agents du gouvernement et de son Parti. Les citoyens de bonne foi savent que le régime du RPG n’a pas pu réaliser depuis bientôt dix ans un programme honorable. Ce régime s’est soldé de dix ans de mauvaise gouvernance et de corruption dans l’impunité.

 

La Guinée a besoin, non pas d’un Parti-état dirigé par une clique de maffieux. Elle mérite un système clair et franc avec l’alternance dans l’ordre et le respect des principes qui redonneront au pays sa place d’honneur ».

 

Par  Pr. Lansiné Kaba

Carnegie Mellon University (Qatar)

Share