Flash special

IMAGE Mali: IBK réélu pour un deuxième mandat !
jeudi 16 août 2018
Au Mali, le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta («IBK») remporte le second tour de la présidentielle avec 67,17% des voix. Son opposant Soumaïla Cissé obtient 32,83% des suffrages. Le taux de participation est de 34,54 %. L'annonce des résultats du second tour du 12 août a eu lieu ce... Read More...

Crise sociale et politique: vagues de compromis à la dernière minute !

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Share

A peine un accord politique signé entre le RPG AEC et le parti UFDG à propos du contentieux électoral des communales du 04 février 2018, l’inter-centrale CNTG-USTG à son tour vient d’accepter  l’augmentation du prix du litre à la pompe à 10 mille GNF. L’annonce a été faite au sortir des négociations entre le gouvernement, le patronat et les syndicalistes. Cependant, l’inter-centrale CNTG-USTG réclame l’augmentation des salaires des travailleurs de 10 millions GNF.

 

Si le gouvernement a facilement avalé la pilule du partage des communes conformément aux revendications de l’Opposition, il lui sera difficile de satisfaire aux réclamations des syndicalistes. Mamadou Mansaré, Secrétaire Général Adjoint de la CNTG a tenu à préciser que si le gouvernement tient au maintien du prix de l’essence à  10.000 GNF, le mouvement syndical à son tour demande pour les travailleurs des secteurs publics, privés et mixtes, la multiplication à 100% des pensions civiles et militaires.

 L’inter-centrale réclame aussi la multiplication par 3 du SMIG ainsi que l’homologation des prix des denrées de première nécessité ainsi que des matériels stratégiques. En attendant, le mot d’ordre de grève générale et illimitée est maintenu.

Pour sa part, l’Inspecteur Général du Travail a souhaité obtenir un délai de 48h pour étudier les propositions des syndicalistes.

A l’allure où vont les choses, il ne reste désormais que les Forces Sociales de Guinée pour continuer le combat pour le retour du prix du litre à la pompe à 8 mille GNF. Dire que les membres de ces Forces Sociales et les syndicalistes viennent à peine de signer un accord de partenariat pour continuer ensemble le combat.

 Toujours est-il que ces vagues de compromis obtenus en l’espace de deux jours autour de la crise sociale et politique augurent des lendemains meilleurs pour le Premier Ministre Ibrahima Kassory Fofana. On peut affirmer, sans risque de se tromper, que le Premier Ministre Guinéen a eu raison de rester ferme face aux revendications des uns et des autres.

 

Share