Flash special

La Cour Suprême statue ce mercredi sur l'excès de pouvoir de la HAC contre Espace FM
mercredi 8 novembre 2017
A la suite de la décision N°010/SP/HAC du 02 novembre 2017 de la Haute Autorité de la Communication (HAC) qui a ordonné la suspension de la radio Espace FM et l’ensemble de ses stations relais sur le territoire national pour une durée de 7 jours, allant du 3 au 9 novembre 2017 inclus, la... Read More...

Des journalistes guinéens manifestent leur colère contre la HAC !

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Share

Mme Martine Condé, présidente de la Haute Autorité de la Communication (HAC) et ses commissaires se sont barricadés dans leurs bureaux ce mardi 07 novembre. Pour ne pas écouter la colère des journalistes qui a pris d’assaut la devanture du Palais du 25 Août afin de manifester leur colère contre l’institution chargée de les protéger mais qui ne cesse de brimer les professionnels des médias.

 

La marche de la colère partie de la Bourse du Travail à Boulbinet a refoulé du monde. En plus des journalistes, des acteurs de la société civile et des défenseurs des droits de l’homme ont aussi accompagné les journalistes.

Tout le long de la marche, des slogans ont été lancés : « pas de démocratie sans liberté de presse », «  nous ne reconnaissons plus la HAC dans sa configuration actuelle », «  les journalistes ne sont pas du gibier pour les forces de défense et de sécurité »……

Le cortège est parti de la Bourse du Travail en passant par la clinique Pasteur, l’Avenue de la République, la Place des Martyrs, le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation avant d’arriver devant le siège de la HAC.

Sur les lieux, les marcheurs déterminés n’ont trouvé que des gendarmes. Ceux-ci ont été très coopératifs, demandant aux journalistes de ne pas franchir le cordon de sécurité. Les journalistes ont continué à scandé des slogans hostiles à la HAC avant de chanter l’hymne national. A la fin de l’hymne, une déclaration a été lue.

Dans cette déclaration, les associations de presse Urtelgui, Agepi, Aguipel, Remigui, Uplg et Apac réitèrent leur engagement à retirer leurs mandats à leurs délégués à la HAC. Elles comptent également déposer une plainte contre les gendarmes qui ont bastonné des journalistes et détruit leur matériel de travail.

Share